Sauve-qui-peut


Ce matin le soleil a pris de l'avance sur nos rendez-vous. Au dessus de notre canal, il nous laisse profiter encore un peu de ses couleurs qu'il étale sur les nuages qu' avant notre retour sa clarté aura effacé. C'est le signal que l'hiver se retire, tout doucement. Un seul chant d'oiseau fait entendre son concert, un peu gâché par le triste grondement qui monte de la quatre voies de La Rochelle. Il faut parfois aller très loin pour que ce fléau ne porte plus jusqu'à l'oreille.

Ici, de tout l'hiver l'homme est absent. Il craint la boue et le froid. Il ne laisse que les tristes empreintes de son passage. Il blesse mes chemins avec les chenilles de ses engins, salit les herbages avec les déchets qu'il abandonne partout même aux endroits les plus improbables. Il n'a aucun respect pour cette nature à qui il appartient. Je suis de ses frères et je crois qu'une petite rencontre avec une promeneuse et son chien pourra me redonner un peu de joie.

Mon chien l'a flairée depuis longtemps. C'est le premier rapprochement annonçant la fin des mauvais jours.  Ces  marcheurs qui fleurissent avec le beau temps nous toisent d'un air curieux. Ils ne savent pas que nous les avons attendus tout l'hiver.

Elle est trop loin pour que je distingue la race de son chien mais il est en liberté et c'est de bonne augure. Nous approchons rapidement. Le mien reste sage et piétine en m'attendant . Mais voici qu'elle fait demi tour. Peu importe nous aurons vite fait de la rattraper. Mon chien impatient de rencontrer ce nouveau copain me fait presser le pas.

 Puis elle se retourne, nous toise de loin encore, et attache la laisse. Je suis déçue, mais avec quelques paroles avenantes il sera toujours temps de lui demander de relâcher l'animal quand nous seront assez prés. Bientôt. Mais voici que la  bougresse nous jette un dernier regard par dessus son épaule et se met à courir, nous fuyant comme la peste.

Diable d'homme ! C'est quand je veux faire un effort qu'il s’enfuit en courant. Et bien tant pis. Qu'il court vers sa civilisation. Moi je reste ici avec mon chien qui ne comprend pas plus que moi. Je m'assoie dans l'herbe fraîche, j'écoute encore un peu le chant de l'oiseau et me demande de nous tous lequel est le plus sauvage.

17/02/2017

> Où se promener en période de chasse
> Races de chiens ?
> Sortie au parc avec mon chien
> Le prix de l'amour
> Sur les pelouses du Roy
> Du Berger de Beauce
> De la Poule d'eau
> C'est pas tous les jours l'aventure
> Des odeurs de chiens mouillés
> Le sourire de mon chien
> Viens mon amie
> Collier électrique vs bonbon
> Rêverie
> Sur la piste du chevreuil
> Dans le regard du chevreuil
> Une promenade embrumée
> Initiation à l'art de la fugue
> Petit exercice de rappel
> Mon vélo imaginaire
> 219 chiens
> De notre amour
> De dimanches en dimanches





Dernière mise à jour

31/03/2016

- Chien : faut-il le vacciner contre la rage ? (4)

31/03/2016

- Convention européenne pour la protection des animaux de compagnie

31/03/2016

- Mettre son chien en pension

31/03/2016

- Salons du chiot: le scandale de l'achat émotionnel

31/03/2016

- Le journal d'un chien

X Fermer