Le sourire de mon chien


Des maîtres sont muets, d’autres intarissables de paroles avec leur chien. J’essaie du mieux que je peux d’avoir des conversations intelligentes avec le mien. J’entends par là non pas de lui raconter ma vie, quoique cela m’arrive parfois, mais de lui laisser percevoir par le ton de ma voix, sur des mots qu’elle connaît, un indice de mes émotions. Je ne peux justifier du pragmatisme de cette technique de communication, mais ce dont je suis sûre c’est qu’elle perçoit  mon enthousiasme.

 Dans notre parc préféré, cette partie des marais que l'homme a oublié d'assécher, aux premières pluies cette petite mare naturelle renaît de cette terre gorgée d'eau. Elle dévoile alors la faune qu'elle  abrite, grenouilles, plantes fleurissantes, lentilles et tout un tas d’autres habitants, dont mon chien.

Au lendemain de la découverte de ce lieu, lorsque ma courageuse amie se fut familiarisée avec ce  nouvel air de jeux et qu’elle fut assurée qu’elle ne courait aucun danger, elle s’allongea au milieu de l’eau parsemée de grandes herbes  pour se rafraîchir un instant. Je riais de la voir ainsi recouverte de lentilles vertes, langue pendante sur le côté.

Surprise des éclats de ma voix, elle se releva , se tint droite, oreilles dressées, tête légèrement penchée sur le côté et me toisa d’un air étonné. La scène me fit redoubler de rires. Saisissant brusquement la raison de mon amusement, dans un élan peu gracieux, elle se mit à frapper l’eau de ses pattes avant, partit en courant faisant une boucle en passant près de moi puis revint dans la mare s’éclabousser de lentilles. Et plus je riais, plus elle prenait des allures de chiot maladroit, fouillant bruyamment l’eau peu profonde, sautillant en tous sens, revenant près de moi en de petits bonds joyeux pour  m’inciter à la suivre mais je ne fis rien d’autre que de m’approcher du bord en riant, ne me sentant pas le courage de barboter en ce lieu improbable pour un humain.

En ces instants, j’eus la profonde certitude qu’elle souriait et que, si la nature le lui avait permis, elle aurait ri jusqu'aux larmes avec moi. Quand notre vie est ainsi comblée du rien des hommes et du tout de la nature, nos deux âmes s' unissent au-delà de l'espèce.
Ainsi,  avant que leurs machines n'effacent notre paradis, comme pour tous ces instants qui portent nos rêves mais où rien d' assez marquant ne se produit, le temps entraîne ces souvenirs vers l’évanescence que je combat en couchant ici ces sentiments chers à mon cœur dans l'espoir de pouvoir à jamais les revisiter.

24/10/2016


> Où se promener en période de chasse
> Races de chiens ?
> Sortie au parc avec mon chien
> Le prix de l'amour
> Sur les pelouses du Roy
> Du Berger de Beauce
> De la Poule d'eau
> C'est pas tous les jours l'aventure
> Des odeurs de chiens mouillés
> Le sourire de mon chien
> Viens mon amie
> Collier électrique vs bonbon
> Rêverie
> Sur la piste du chevreuil




Dernière mise à jour

31/03/2016

- Chien : faut-il le vacciner contre la rage ? (4)

31/03/2016

- Convention européenne pour la protection des animaux de compagnie

31/03/2016

- Mettre son chien en pension

31/03/2016

- Salons du chiot: le scandale de l'achat émotionnel

31/03/2016

- Le journal d'un chien

X Fermer