Le prix de l'amour


Ma chienne, elle vient de la Spa. C'est là-bas qu'il lui ont donné ce nom. On aurait pu lui en trouver un plus joli, mais il fait parti de son histoire. Il ne faut pas lui enlever. Trouvée errante en février 2015 ; jamais réclamée. Baptisée ainsi par le refuge. C'est tout ce qu'on sait d'elle.

Quand on me demande de quelle race il s'agit, je ne sais pas trop quoi répondre. Il faut dire qu'elle  ne ressemble pas à grand chose ou plutôt à plein de choses. Avec ses gros yeux globuleux et son léger strabisme divergeant. Sauf à mes yeux, je ne peux pas prétendre qu'elle soit belle. D’ailleurs on ne me le dit jamais. Alors j'ai rajouté une annexe au LOF et je lui ai fait un pedigree : la bêtise humaine, et ça remonte plus loin que le XIX. Sa race : Croisé Caramel des Marais du Roy, parce que c'est notre parc préféré.

La Spa elle n'offre pas ses pensionnaires : 220 euros le chien. Rajoutez 350 de stérilisation faite par mon vétérinaire. Certains  penseront que je me suis fait arnaquer. A ce prix là j'aurais pu avoir un chiot de race, un Beauceron, par exemple. D'autres penseront que le prix de l'acte chirurgical est justifié. Toujours est-il qu'il faut payer plus cher que la valeur du chien pour en enlever un morceau. Si on veut s'amuser à convertir tout cela au prix du kilo, ça donne de drôles de chiffres. La valeur des choses tient sûrement d'un autre raisonnement.

Évidemment  il y a les petits frais en plus. Les jouets, le panier, l'équipement balade, l'antiparasite, les croquettes, le dressage. Encore le vétérinaire quand Lara se plante une épine dans la rétine, entre autres. Soyons honnêtes, c'est du luxe pour mon petit budget. Surtout le vétérinaire parce souvent, quand on fait appel à ses services, financièrement c'est pas le moment. Bon c'est vrai, c'est jamais le bon moment.

Mais j'ai beau faire le tour de tout cela, rêver à tout ce que j'aurais pu m'acheter avec  cet argent, rien ne me fait plus envie que de passer du temps avec elle. J'aurais pu me faire plaisir, penser à moi et faire du shopping. M'acheter  des fringues un peu à la mode. Celles que j'ai viennent des chinetterie ou données par des plus sophistiqués que mois. Des Jeans jetés même pas usés, dont personne ne veut plus. Comme mon chien quoi.

 Mes gamins ils sont comme moi. La société de consommation ils essaient d'y résister. Mais le plus touchant  c'est la façon qu'ils ont de me proposer  de casser leur tirelire pour m'aider à payer la note à la seconde où je dis le mot vétérinaire. Et puis il y a autre chose autour d'elle. Quand je n'ai pas envie de parler et qu'aucune conversation ne m’intéresse, alors c'est le sujet qu'il faut aborder. J'ai toujours quelque chose à raconter.

Le plus important c'est qu'avant qu'elle ne vive avec nous, tous les dimanches, je restais seule pour essayer de me couper du monde. Maintenant on sort, pour suivre des cours de dressage, pour rencontrer d'autres maîtres. Elle se fait des copains. Elle comme moi, avec certains ont a plus ou moins d'affinités. Faut dire qu'on est pas trop douées toutes les deux pour aller vers les autres. Mais c'est jamais grave. A croire que là-bas il y a un microcosmes qui inhibe la méchanceté. Les cours c'est ma récréation, mon plaisir de la semaine. Je ne fais que répéter ce que chacun sait, il y a des choses qui n'ont pas de prix.

16/09/2016

> Où se promener en période de chasse
> Races de chiens ?
> Sortie au parc avec mon chien
> Le prix de l'amour
> Sur les pelouses du Roy
> Du Berger de Beauce
> De la Poule d'eau
> C'est pas tous les jours l'aventure
> Des odeurs de chiens mouillés
> Le sourire de mon chien
> Viens mon amie
> Collier électrique vs bonbon
> Rêverie
> Sur la piste du chevreuil







Dernière mise à jour

31/03/2016

- Chien : faut-il le vacciner contre la rage ? (4)

31/03/2016

- Convention européenne pour la protection des animaux de compagnie

31/03/2016

- Mettre son chien en pension

31/03/2016

- Salons du chiot: le scandale de l'achat émotionnel

31/03/2016

- Le journal d'un chien

X Fermer