Agility à Ciré d'Aunis ? (Part 2)


Existe-t-il des risques liés à la pratique de l'agility avec son chien ? Oui et bien plus qu’il ne l’est dit. Comme tous les « sports » ou activités que les propriétaires font pratiqués à leurs chiens qui ne sont pas en adéquation avec son morphotype et sa morphologie, l’agility est potentiellement dangereuse. «  Plusieurs exemples: un petit caniche et ancien champion national de l'AKC est tombé de la passerelle et est mort le cou brisé; une jeune Colley se brisa la mâchoire parce qu'elle se retourna brusquement et claqua son visage sur le côté d'une rampe ; plusieurs chiens ont reçu des blessures débilitantes suite à de mauvaises collisions avec le pneu ; une multitude de chiens ont ruiné leurs épaules en claquant contre le cadre A... Je suis certain que la liste est beaucoup plus longue... »(1)

Niveau des formateurs en Agility

Sans aucune exagération (ni statistiques) et en étant le plus pragmatique possible il est facile d’estimer qu’en France :
- derrière chaque propriétaire de chien se cache un éducateur canin ;
- il se cache un éducateur canin à chaque coin de rue ;
- le savoir-faire et la reconnaissance en Agility s’estime aux résultats en compétition (toujours courir plus vite et peu importe la casse car cela ne se verra que dans 10 ans)

L’Agility pour s’amuser ?

Bien sur ; et cela devrait être la seule utilité pour le chien. C'est-à-dire dans des conditions optimales de sécurité. Sauf qu’au début c’est toujours et uniquement pour s’amuser. Ensuite vient la phase où griser par l’euphorie de l’illusion du plaisir généré, bon nombre de propriétaire se laisse tenter par un « petit » concours. Avec pour conséquence une obligation d’entraîner le chien un peu plus que d’habitude afin de le/se montrer sous son meilleur niveau. Etc. Jusqu’à la blessure.

Études sur les blessures en Agility

En fait, de plus en plus d’études et enquêtes constatent que les chiens peuvent être confrontés à des risques de blessure qui sont directement liés aux concours d'Agility. Avant de se lancer dans la pratique de l’Agility il serait bon de prendre connaissance de ces statistiques.

Une étude sur la cinétique de l'atterrissage du saut chez les chiens d'Agility rapporte un risque accru de blessure chez les chiens participant à cette pratique. Un sport canin compétitif impliquant différentes activités de saut. Le but de cette étude était de quantifier les paramètres cinétiques lors de l'atterrissage des sauts pour les types d'obstacles couramment utilisés. Il a été supposé qu'avec l'augmentation de la hauteur d'obstacle, la force verticale et l'impulsion horizontale, verticale et l’accélération, augmenteront à la suite d'une phase aérienne, l’angle d'atterrissage plus aigu et de la nécessité de convertir le potentiel en énergie cinétique. Des données cinétiques et cinématiques simultanées ont été enregistrées à partir de 11 chiens d'Agility de compétition qui sautent sur des combinaisons d'obstacles de différentes hauteurs et de distances inter-obstacles. La vitesse et l'angle d'atterrissage du deuxième des deux sauts consécutifs ont été contrôlés avec succès par la hauteur des obstacles et la distance entre les obstacles.

L'analyse statistique a montré des différences entre les obstacles :
- pour la force verticale de pointe ;
- l'impulsion verticale ;
- l'impulsion horizontale accélérée (valeurs croissantes avec des angles d'atterrissage plus aigus).

Une force verticale de pointe extrêmement élevée a été observée dans les membres antérieurs (4,5 fois le poids corporel) lors de l'atterrissage à partir d'un saut d'obstacles à grande vitesse. D'autres études détaillées sur les conséquences pour les structures des membres internes sont justifiées afin de clarifier comment cela pourrait être lié à des blessures graves sur le long terme.
Un autre document de recherche basée sur un sondage sur les blessures chez les chiens participant aux compétitions d'agility à obtenu les mêmes résultats.

À partir de ce postulat il serait toujours possible de parler de :
- prévention des facteurs de risque ;
- de formation des propriétaires ;
- d’éducation ;
- etc...
Tout ceci n’est que blabla, car à un moment ou à un autre à force de lutter contre la gravité et la morphologie du chien la résultante sera toujours là : la blessure.

Facteurs de risque

Une autre étude s’est basée sur l’analyse par sondage des facteurs de risque de blessure chez les chiens participant à des entraînements et des compétitions d'Agility. 3.801 chiens appartenant à des particuliers qui participent à des entraînements ou à des compétitions d'Agility ont été sondés.
Les propriétaires étaient des conducteurs recrutés par le biais de listes de membres de grandes associations d'Agility au Canada et au Royaume-Uni.

Les variables évaluées comprenaient :
- des données démographiques pour les chiens ;
- des variables d'exposition (fréquence des pratiques d'Agility et de compétition au cours de l'année écoulée) ;
- de l'utilisation de mesures préventives visant à garder les chiens aptes à l'Agility (exercices d'échauffement, traitements comme l’acupuncture, massage, soins chiropratiques ou produits de suppléments diététiques).

Les résultats parlent d’eux-mêmes :
- 1 209 soit 32% des chiens ont contracté une blessure.
- les conducteurs avec une expérience inférieure à 4 ans ont les chiens qui se blessent le plus ;
- il faut avoir une expérience de 5 à 10 ans ou plus de 10 ans pour faire baisser le risque de blessure pour son chien ;
- les chiens ayant plus de 4 ans d'expérience en agilité ont été associés à une diminution des chances de blessure. (oui mais ils ont déjà dû se blesser auparavant)

Épidémiologie des blessures

En France c’est le vide quasi sidéral en ce qui concerne l'épidémiologie des blessures liées au « sport canin ». Cette étude à examiné les blessures des chiens dans la pratique de l'Agility.


Une étude a permis de recueillir des données sur la démographie, les expositions et les blessures chez un échantillon de chiens d'Agility. Les régressions logistiques ont prédit les probabilités de blessure.

L'enquête menée auprès de 217 propriétaires et de 431 chiens qui a permis d'identifier :
- 31 blessures (1,55 blessure par 1000 heures, 2,14 blessure par 1000 courses) ;
- 38 blessures (1,74 blessure par 1000 heures, 1,72 blessure par 1000 courses).
- Les conducteurs qui se blessent aussi le sont le plus souvent aux genoux (48,4%) et aux membres inférieur du tronc (29,0%).

Les diagnostics les plus fréquents étaient les chocs (51,6%) et les entorses (32,3%). Les chiens les plus lésés l’étaient aux
- pattes avant (23,7%) ;
- aux épaules (15,8%);
- etc...

Malgré de nombreux avantages pour la santé mentale des chiens, l’Agility pose plus de risques de blessure importants que davantage, à la fois pour les conducteurs et les chiens.


Sources :

- Laterality and performance of agility-trained dogs. Siniscalchi M1, Bertino D, Quaranta A. 2013 Jul 17
- Epidemiology of injury among handlers and dogs competing in the sport of agility. Kerr ZY1, Fields S, Comstock RD. 2013 Jun 24.
- Survey-based analysis of risk factors for injury among dogs participating in agility training and competition events. Cullen KL1, Dickey JP, Bent LR, Thomason JJ, Moëns NM. 2013 Oct 1
- Internet-based survey of the nature and perceived causes of injury to dogs participating in agility training and competition events Kimberley L. Cullen, MSc; James P. Dickey, PhD; Leah R. Bent, PhD; Jeffrey J. Thomason, PhD; Noel M. M. Moëns, MSc, DVM, DACVS
- Survey-based analysis of risk factors for injury among dogs participating in agility training and competition events Kimberley L. Cullen, MSc; James P. Dickey, PhD; Leah R. Bent, PhD; Jeffrey J. Thomason, PhD; Noel M. M. Moëns, MSc, DVM, DACVS
-  Kinetics of jump landing in agility dogs. Pfau T1, Garland de Rivaz A, Brighton S, Weller R. 2010 Nov 18.
- (1) budhouston.wordpress.com/2012/01/09/dog-agility-is-dangerous/

28/12/2016




>>> Relation Homme/Chien   

> Si vous êtes agressif, votre chien le sera aussi
> Le chien et le jeu
> La stérilisation, un geste responsable
> Le chien méchant n'existe pas
> Manger du chien
> L'imitation automatique chez le chien
> Le chien de race de compagnie
> N'acheter jamais de chien en animalerie
> Le voisin, la belle sœur, la concierge
> Tel maître,tel chien
> Les chiens décomplexent les enfants ayant des difficultés...
> Ce que votre chien dit de vous
> Le chien errant
> Les anti chiens
> Le chien le seul
> Du loup au chien
> La notion du temps chez le chien
> Collier étrangleur
> Utilisation de l'alimentation dans l'éducation du chien
> Le chien révèlent les racines possibles de l'intelligence sociale
> Le chien domestique de 33000 ans
> Les animaux interdit en Grèce dans les cirques
> Les gestes contradictoires envers le chien
> L'histoire du chien plus vieil ami de l'homme
> Choisir son chien...conscient ou inconscient ?
> Direction de la vision du chien
> Comment punir un chien ? L'humiliation de son chien
> Le chien de Goyet
> Collier à pointe chien
> Dressage de chien, la soumission imaginaire
> Race de chien, une marchandise ?
> Comment punir un chien ? Punir intelligemment son chien
> Sociabilité du chien, même avec un robot ?
> L'homme est un loup pour le chien
> Le collier étrangleur doit être interdit
> Le chien préfère les hommes névrosés ?
> Chien enchaîné toute la journée dehors
> Les émotions de chiens caressés par une personne connue ou inconnue
> Diesel sacrifié sur l'hotel du spécisme ?
> Le chien dans l'histoire du Nord-Togo
> Relations entres les chiens et les humains
> Je suis ton chien
> Agility à Ciré d’Aunis ?



Dernière mise à jour

31/03/2016

- Massacre des chiens en Irak

31/03/2016

- Choisir son chien questionnaire

31/03/2016

- Chien : faut-il le vacciner contre la rage ? (2)

31/03/2016

- Plus d'empathie envers le chien qu'envers l'homme ?

31/03/2016

- Le chien et le dressage en France

X Fermer