Pourquoi le loup est sauvage et pas le chien


Tout en sachant que le chien et le loup  sont génétiquement similaire, pourquoi le chien peut il être apprivoisé alors que le loup reste farouchement et indubitablement sauvage ?  Les deux espèces partagent 78 des mêmes chromosomes, leur permettant de se croiser avec succès. Ces espèces se ressemblent tellement, en fait, que leur constitution d'ADN mitochondrial est seulement différente de 0,2 % ou moins (entre le loup gris et le chien).

Encore de nos jours, les scientifiques ont toujours des difficultés à distinguer définitivement le loups et le chien. La biologiste Kathryn Lord, titulaire d'un doctorat de l'Université du Massachusetts, où elle a étudié l'évolution et le développement du comportement animal à surement apporter un début de réponse à cette interrogation. Elle suggère que les différences de comportements sont liés aux premières expériences sensorielles des animaux et de la période critique de socialisation.

 Jusqu'à présent, le développement sensoriel des louveteaux étaient peut documenter, et les hypothèses étaient généralement extrapolées à partir de ce qui était déjà connu chez le chien. L’amalgame se déroule dans l'autre sens dans des croyances populaires depuis toujours.

Kathryn Lord, explique qu'il serait raisonnable, de prendre en compte ces faits et de reconnaître qu'il y a déjà des différences significatives dans le développement précoce entre le louveteaux et le chiot. Au premier rang desquels, le calendrier de la capacité de marche.

Pour combler ce manque de connaissance, elle a étudié les réactions de 11 louveteaux et de 43 chiots confrontés à des odeurs, des sons et des stimuli visuels, à la fois familiers et nouveaux. Testé toutes les semaines, et a constaté qu'ils ne développent pas leurs sens en même temps et dans les même périodes.

 

Son étude a également révélé de nouvelles informations sur la manière dont les deux sous-espèces de Canis lupus façonnent leurs expériences de l'environnement pendant la fenêtre de développement de quatre semaines, appelée la période critique de la socialisation. Les faits nouveaux peuvent changer de façon significative la compréhension du loup et du coup le développement de chien également.

Lorsque la fenêtre de socialisation est ouverte, les louveteaux et les chiots commencent à se déplacer, à explorer, à découvrir sans crainte et conserveront toute leur vie la familiarité avec les choses qu'ils rentrent en contact et dont ils en tireront une expérience positive. Les chiens domestiques peuvent être imprégnés par les humains, les poules, les chats... Ou tout autre être vivant à ce stade, être à l'aise avec eux et s'y attacher pour toujours. Mais dans la suite des périodes, l'augmentation de la peur va se faire plus importante et les odeurs, les nouveaux environnements, et les sons vont susciter une réaction de peur.

Grâce à des observations, Kathryn Lord à confirmé que les chiots et les louveteaux développent le sens de l'odorat à l'âge de deux semaines, l'audition à l'âge de quatre semaines et la vision à l'âge de six semaines en moyenne. Cependant, ces deux sous-espèces entrent dans la période critique de la socialisation à des âges différents. Les chiens commencent la période à quatre semaines, alors que les louveteaux commencent à deux semaines. Par conséquent, comment chaque sous-espèce qui vit cette période d'imprégnation au cours de ce mois qui est extrêmement différente, et entraîne probablement des différentes voies de développement ?

Kathryn Lord démontre pour la première fois que le louveteaux est encore sourd et aveugle quand il commence à se déplacer en marchant et à explorer sont environnement à l'âge de deux semaines. «Personne ne savait qu'à ce stade les louveteaux, qui quand ils commencent à explorer, sont aveugles et sourds et se reposent principalement sur l'odeur...». Elle ajoute: «Quand les louveteaux se mettent à entendre, ils ont peur des nouveaux sons, et quand ils commencent à voir ils sont aussi initialement peur de nouveaux stimuli visuels. Comme chaque sens s'engage, les louveteaux connaissent une nouvelle série de chocs sensoriels que les chiots ne vivent pas ".

Pendant ce temps, le chiot commence seulement à explorer et à marcher après que les trois sens, l'odorat, l'ouïe et de la vue, fonctionnent. Dans l'ensemble, «C'est assez surprenant comment les différences entre les chiots et les louveteaux sont notoire à ce jeune âge, compte tenu de la façon dont ils sont proches génétiquement. Une portée des chiots après deux semaines sont en fait juste de petites flaques d'eau, incapable de se lever ou de marcher. Mais les louveteaux explorent activement  avec une bonne coordination et  commence à être en mesure de franchir de petites distance ".

Ces différences importantes, liées au développement chez le chiot et les expériences du louveteaux les mettent sur des trajectoires distinctement différentes en ce qui concerne la capacité de former des liens sociaux entre les espèces, notamment chez les humains.

Ses expériences et analyse de comportement ont été faite sur 3 groupes de jeunes animaux: 11 loups de trois portées et 43 chiots au total. 33 Border Collies ont été élevés par leurs mères et un groupe témoin de 10 chiots bergers allemands ont été élevés à la main, ce qui signifie qu'un homme a été présenté peu après la naissance.

Kathryn Lord ajoute qu'au niveau du gène: «la différence peut ne pas être dans le gène lui-même, mais lorsque le gène est activé. Les données aident à expliquer pourquoi, si vous voulez socialiser un chien avec un humain ou un cheval, vous n'avez besoin que de 90 minutes de présence quotidienne entre l'âge de quatre et huit semaines. Après cela, un chien n'aura aucune peur des humains ou celle des stimuli qui lui auront été présenté. Bien sûr, pour construire une vraie relation cela prend plus de temps. Mais avec un louveteau, obtenant même après à la même exposition de la peur cela exige un contact de 24 heures avant l'âge de trois semaines, et même dans ce cas, vous n'obtiendrez pas le même attachement ou l'absence de la peur ".

La génétique à forcément son incidence sur sur cette évolution du sauvage au domestique. Mais si vous élevez un chien dans l'isolement sensoriel le plus totale qu'il soit possible de faire (et certains éleveurs y arrivent très facilement), son cerveau va s’atrophier. Et si inversement vous l'élevez dans un milieu d’hyper-stimulation sonore, olfactive, affective... son cerveau se développera plus que la moyenne des cerveaux de chiens. C'est forcément le milieu dans lequel vie l'animal qui construit l'appareil à percevoir le monde. Le milieu produit chaque jour des milliers de cerveaux de chiens différents, qui fonctionneront toujours à l'identique, mais qui seront toujours soumis à une double contrainte génétique et épigénétique pour se construire.

Ce travail d'imprégnation avec le chiot devrait être fait par tout éleveur qui se respecte. Et non pas comme on le voit malheureusement trop souvent, en le préparant à vivre dans le monde des humains, si compliquer à ses yeux; en le faisant commencer ses premières expériences de vie dans un box au fond du jardin. Un hommage à tous les propriétaires et leurs chiens hypostimuler qui se reconnaîtront, et à qui il aura fallu du courage et de l'abnégation pour « rattraper » ces manquements impardonnable.
Choisir son chien...conscient ou inconscient ?

Source :  www.umass.edu


>>> Comportement et apprentissage

> L'animal intelligence
> Chaser la border collie aux 1022 mots
> Les théories de l'apprentissage
> Collier électrique et ses effets
> Le loup plus intelligent que le chien
> Le conditionnement opérant
> Le QI du chien
> Le chien à la notion du bien et du mal
> Les battements de la queue du chien
> Le chien et la représentation mentale de son maître
> Méthode miroir
> L'imitation sélective
> Le chien agressif
> Le langage canin de l'enfant
> L'intelligence animal
> Les chiens ne peuvent pas nous aider s'ils n'y ont pas d’intérêts
> Quelles sont les limites de l'apprentissage canin ?
> Le chien sait compter
> Comment un chien peut retrouver son chemin ?
> Effet cognitif de la séparation brève de son propriétaire chez le chien
> Le chien plus intelligent que le singe
> Grâce à sa taille ou sa texture les chiens peuvent reconnaître un nom d'objet
> La musique adoucit les mœurs...des chiens
> Donnie le Doberman
> Personnalité des chiens
> Les pensées du chien sous IRM
> La résilience chez le chien
> Pourquoi le loup est sauvage et pas le chien
> La boussole interne du chien
> Loi universelle de la miction des mammifères
> Laisser son chien en pension- stressant ?
> Clôture anti-fugue pour chiens: effets sur le chien
> Les chiens ont-ils la notion de temps ?
> Les chiens peuvent prévoir les séismes ?
> Achat du chiot et conditions d'élevage
> Analyse du sourire canin
> Dressage de chiens : est-ce vraiment utile ?
> Les effets de l'activité physique sur le comportement du chien
> La récompense chez le chien ?



Dernière mise à jour

31/03/2016

- Mettre son chien en pension

31/03/2016

- Salons du chiot: le scandale de l'achat émotionnel

31/03/2016

- Le journal d'un chien

31/03/2016

- Les Philippines exterminent 500 000 chiens par ans

31/03/2016

- Chien : faut-il le vacciner contre la rage ? (3)

X Fermer